Hélingor Index du Forum Hélingor
Ici se réunissent les habitants d'Hélingor...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Histoire de Mugen (ex-ralouf93)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hélingor Index du Forum -> Le faubourg -> Le café littéraire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mugen
Puceau à vie

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2012
Messages: 91
Localisation: Le Sud, biatches.
Féminin
Fait marquant: Je suis puceau, fier de l'être, et je compte bien rester définitivement, donc inutile de tenter de me draguer, ça ne marchera pas ! Gros pervers ! PS: Dieu bénisse l'homme qui a inventé les mouchoirs en papier !

MessagePosté le: Lun 11 Fév 2013 - 19:10    Sujet du message: Histoire de Mugen (ex-ralouf93) Répondre en citant

Voici le village de Sylvarant, un village portuaire et de marchands en tout genre. On ne peut espérer plus sympathique et magnifique. Au centre se trouve une immense et majestueuse chapelle. Autour de cette dernière, de nombreuses bâtisses où les artisans vendaient leurs produits de toutes sortes forment le quartier du marché. Au sud-est du village se situe le port. L'air qu'on y respire est pur, hormis quand tous les pêcheurs reviennent de leur labeur quotidien, fatigués mais heureux de ne pas revenir chez eux les mains vides. Ceux qui ont même pu ramené des poissons rares les vendent aux riches propriétaires terriens de ce bourg, ce qui les fait revenir avec un plus large sourire parmi les leurs. Les routes menant au port sont bordées de magnifiques sculptures de Dieux scandinaves, qui furent offertes par un marchand Viking. Ce dernier a faillit se faire assassiner par un inconnu, sans nul doute mercenaire, d'un coup de poignard au niveau du ventre, dans une ruelle pourtant très fréquentée. Les passants qui ont vu cet homme s'écrouler au sol se sont précipités vers lui et l'ont amené de suite à la chapelle du village. La prêtresse de notre village, qui se prénommait Sofia, était la plus belle femme de Sylvarant, avec de longs cheveux bruns qui lui tombaient merveilleusement jusqu'au bas du dos. Elle se chargea de soigner la profonde blessure du viking, qui avait perforé le foie. Le viking put être sauvé, grâce à ses pouvoirs de guérisons, et à son fils qui la seconda dans sa tache. Et j'étais fier de l'aider, car oui, Sofia était ma mère, dans notre région, les prêtresses avaient le droit de se marier. Mais mon père malheureusement, je ne l'ai jamais connu, disparu en pleine mer pendant un jour de tempête alors qu'il essayait de secourir un bateau pécheur en train de sombrer. Et ce fut ce jour que je vis le jour... J'avais également un frère, Tyr, le dieu de la guerre pour les Vikings. Ma mère m'avais dit que c'était papa qui avait trouvé ce nom; il voulait que mon frère entre dans l'armée protectrice de notre village d'où son nom. Mon frère avait cinq ans quand notre père décéda en mer. Il m'en voulut d'être né le jour de sa mort, et il en voulut à notre mère de m'avoir mis au monde... Il rentrait peu souvent à la chapelle le soir, et la journée il flannait dans le village. Ma mère et moi le voyons quasiment jamais...

Quelques années passèrent, avec son lot de surprise au quotidien, mais rien d'aussi important que ce jour-là....

Ce fut le soir de mes 16 ans. Une violente tempête faisait rage, comme lorsque que mon père mourut. Mon frère n'était évidemment absent... Alors que ma mère et moi dinions, la porte de la chapelle s'ouvrit violemment, laissant apercevoir la silhouette du général de l'armée de la cité.

'Sofia ! Une horde d'ennemis nous attaque, il faut te préparer à accueillir les premiers blessés et à soigner leurs plaies pour qu'ils repartent au combat, les ennemis ont l'air nombreux.'

'Oui monsieur le général. Quand à toi Mugen va chercher le matériel, j'aurais sans doute besoin de toi.'

Le général était déjà repartit au front pour repousser nos ennemis tandis que je descendais les escaliers pour aller chercher le nécessaire, quand j'entendis ma mère parler, puis un cri soudain. Je remonta les escaliers à toute vitesse, mais je ne trouva que ma mère par terre, les vêtements rouge sang. Je me dirigea vers elle. Qui avait pu lui faire ça ? Quelle est cette personne que j'ai envie de tuer ? Dans un dernier murmure, ma mère me dit un nom, et son âme me quitta quelques secondes plus tard, qui me semblèrent trop courte pour exprimer à ma mère tout le bien qu'elle me procurais. Reprenant court à la réalité, je me rappela du nom qu'elle m'avait susurré : Tyr. Mon frère ? Comment mon frère avait pu faire ça à notre mère ? Les larmes envahissaient mes yeux et s'écoulaient sur mes joues. Je monta dans ma chambre mis mes quelques affaires dans un sac, fouilla pour trouver de l'argent. Je commençais à descendre les escaliers et je vis les premiers blessés de la bataille. Je n'avais pas assez les mêmes connaissances et dons de ma mère pour être capable de les soigner. Je ne pouvais rien faire pour eux, je remonta en courant, et sortit à l'extérieur par les toits, sous l'orage, la pluie et le vent. Je pris la direction de l'armurie, dont le gérant était une connaissance. Je pris une armure de cuir à ma taille, un poignard et vit alors une hache avec mon nom inscrit dessus. Il est vrai que l'armurier et moi étions assez proche, vu que je voulais en faire mon métier. Je pris alors le temps de lui écrire un dernier mot.

Chez Frust, je vous remercie pour tout ce que vous m'avez appris sur les armes. Je suis sur que lorsque vous lirez ma lettre, vous serez au courant de la nouvelle. Ma mère s'est fais assassiner, par le seul être de ma famille qu'il me restait et je la vengerais à tout prix. Je vous ai pris la hache que vous vouliez sans doute m'offrir, vu qu'il y avait mon nom inscrit dessus. Je vous dis donc adieu. Mugen

Je partis par le nord du village, vu que les ennemis attaquaient par le sud. Je continuais toujours vers le Nord, ne sachant où aller pour trouver un endroit où je pourrais vivre, et faire vivre ma haine. Alors que je sirotais tranquillement de l'hydromel dans une auberge, j'entendis parler un groupes de guerriers vikings, qui habitaient les contrées de Midgard, encore et encore plus au nord. Je ne pris pas le temps de finir ma chope, je déposa les écus pour le patron de l'établissement et continua ma marche vers le nord. Après trois jours, je vis enfin la neige éternelle de Midgard, et la journée suivante, j'entrais enfin dans le coeur de la Grande Citadelle. Je déposa serment devant le Sage de l'Althing, dans leur mairie et accomplie ma quête avec le plus de bravoure possible. Une fois ma quête effectuée, je fus accepté parmi les Apanonars, sous les ordres de l'Huscarlette Glum, puis d'Omsi668, et continuais mon entrainement pour un jour, tuer mon frère et venger ma mère.

Les années passèrent, je me vis attribuer la place de Conseiller de l'Althing, puis de Second de l'Althing. Je ne savais même plus ce qui m'avait fait venir ici, sur ces terres... L'entrainement m'avait fait devenir fort, mais juste pour aller dévaster un village, pour prendre les richesses du monde, j'avais oublier pourquoi je m'étais dirigé ici... tuer Tyr. Comment ai-je pu oublier ça ? Je ne sais même pas où il se trouve sur mer, sur terre.... ou sous terre ! Il faut que je reprenne la route.

Mais avant cela, nos Grands Jarls avaient décidé de partir en croisade au nom de Midgard, où tous les things étaient réquisitionnés. Je partis avec mon armée vers le Sud, vers la mer où tous les drakkars se trouvaient, je vis les autres Midgardiens arrivés, le Grand Jarl mage, Buzzaldrin, et le Grand Jarl protecteur, Chato­kay étaient là. Le trône de Grand Jarl envahisseur était vide, Ulfasso étant gravement blessé d'une flèche dans le dos et une autre dans l'épaule, il avait démissionné. On entendit un cor résonner parmi la brume matinale, le départ était lancé, la première destination : Faërie, en Islande. Mes hommes montaient dans mon drakkar, les voiles se dépliaient, le vent les bombaient. Il en fut de même pour tous les autres navires de la flotte. Le placement des drakkars étaient derterminé de la façon suivantes; les envahisseurs étaient en premiers, pour débarquer sur les côtes et tout ravager. Les mages étaient en second pour lancer leur sort dévastateurs sur les fuyards en déroute. Les protecteurs étaient en derniers, pour contrer les dernières poches de résistance et assurer nos arrières. Faërie ne put riposter, une déroute totale pour eux, une immense victoire pour nous.

Nous nous ravitaillons en vitesse en prenant vivres et écus, il nous fallait déjà repartir plus bas, vers la Grande-Bretagne et la France, royaume des Templiers. Nous sommes donc partis le soir de Faërie, malgré les villages dévastés, le paysage était magnifique, merveilleux avec cette herbe qui reflétait la lueur de la lune. Le voyage entre l'Islande et la Manche a duré une lune, nous avions du temps pour nous reposer et faire soigner les quelques blessés par les sorciers-infirmiers. Le lendemain, le temps était pluvieux, avec du tonnerre par moment. Dans les villages nous ne vîmes que des civils aucun militaires, où étaient-ils donc? Tant pis pour les militaires, ils viendront surement si nous tuons des civils. Nous nous jetâmes donc sur la partie est du village et tuons tout ce qu'il y avaient, civils, animaux, récoltes. A l'autre bout du village, nous entendions un cor, mais pas un cor Viking : les Templiers réagissaient, les combats durèrent plus longtemps que face à Faërie, je perdis une centaines d'hommes qui n'avaient pas remarqué le bruit du cor, masqué par les cris et les éboulements des habitations, et étaient surpris de voir nos ennemis si près. Malheureusement pour les Templiers, nos soldats étaient plus nombreux et plus entrainés, ils n'avaient aucune chance de nous échapper, ce village allaient être rasé, comme les autres. Nous continuâmes d'avancer sur nos Drakkars, filant plus vite que le vent, le voyage dura quatre lunes, pour arriver sur les terres Romaines. Encore une fois, notre avant-poste détruisait tout, ne laissant que l'odeur de la mort dans les villages, et celle du feu provoqués par les sorts des mages. Les envahisseurs et les mages repartaient devant, les protecteurs s'occupaient d'une seigneuresse Romaine très farouche, ne voulant accepter leur défaites, elle amnésiait les sorciers qu'elle croisait, quand il y avaient un mort dans son camp, un viking tombait aussi. Comme nous étions plus nombreux, elle ordonna qu'on sonne son armée pour un replis des plus rapides. Les protecteurs rejoignaient leurs drakkars, rattrapant le gros de la flotte. Malheureusement je fut toucher à l'épaule par une lance, je ne pus participer à l'attaque suivante, celle qui étaient contre les Brigands. Je décida pour moi et mon armée, d'un jour de repos, le temps que les sorciers-infirmier me remettent en état de combat. Les Brigands, qui avaient établis leur territoire dans toutes les îles Méditerranéennes avec comme repaire principale, l'île de Chypre, possédaient de nombreuses richesse, surtout celle de l'or...Mais leur plus grande force étaient celle de la contre-attaque, et nous le savions, nous repartîmes le plus rapidement possible, avant qu'il ne soit humainement possible de riposter. Nos drakkars flottaient vers l'Egypte, où les armées vénéraient un dieu appelé Anubis... Les Vikings avaient chaud dans ces terres ensablés, mais les forces viking ne firent qu'une bouché des Egyptiens, visiblement pris au dépourvu. Nous repartîmes vite vers Troie, mais à notre grande surprise après avoir rasés une dizaine de villages, un chef Troyen vint nous voir pour nous demander la paix. Bien que pas de gens nous croient incivilisé nous acceptons de ne pas tout détruire, à conditions qu'il s'excuse devant la grande assemblé où se réunissent tous les seigneurs roliens pour passer un moment de détente sans bataille.

Nous repartîmes après la pleine lune, sur nos majestueux drakkars. Tous les navires rentrèrent dans leur port d'attache, mais un seul drakkar manquait, le mien. Je partie vers l'Irlande où mon frère fut remarquer, en massacrant puis pillant des caravanes marchandes. Les pauvres marchands n'avaient sans doute jamais vu une telle furie s'acharner sur eux. Quand mon drakkar amarat au port, je descendis et me rendis dans la première auberge, cherchant des indices pouvant me mener à Tyr. Ma bonne étoile me suivait, dès la première soirée un ivre se ventait de connaitre mon frère... Je l'emmena un peu voilement au dehors, et lui demanda où mon frère pouvait se trouver. Il me dit qu'ils ne pouvait pas, dommage pour lui, je pris une dague et lui ouvrit les veines de son poignet droit. Il était tellement ivre qu'il ne remarqua pas tout de suite la douleur. Je lui dis que si il me disait où trouver Tyr, je le soignerais, il me le dit aussitôt, ne voulant pas mourir si tôt. Mais mon coeur marqué par la haine ne cherchait que la vengeance, le renseignement donné, l'homme se retrouva six pieds sous terre, ma dague plantée en travers la gorge. Pendant deux jours je suivis le sud-ouest, lorsque je me fit attaquer par un homme utilisant deux grandes lames affutées aussi aisément que de simples dagues. Je fut blessé au bras gauche par son attaque. Il allait me porter une seconde attaque quand il s'arrêta : 'Toi...' 'Cette voix... c'est toi ?'

Maintenant que je le voyais face à moi, je ne sus que faire, je restais statique. Il rangea une de ses épées dans son fourreau, et brandit la seconde tout en courant vers moi. Il abaissa l'épée, et par un réflexe de survit, je me défendis avec le manche de ma hache. Il n'y avait aucun remord dans ses yeux, ce qui me fit rappeler que ce sont ces yeux, la dernière chose que ma mère avait du voir.

'Enfoiré, t'as pas une once de remord ?' 'Pourquoi en avoir ?' 'Crève !' 'Je suis déjà condamné, mais tu ne m'oublieras pas' 'Je m'en fous, je te tu...'

Le soleil brillait, ses rayons chauds arrivaient jusqu'à mon visage. J'entendais le son d'un clocher. Je cherchais à me lever, ça faisait mal. Mon bras gauche était recouvert de bandage jusqu'au niveau de l'épaule. Je cherchais mes affaires, mais je ne trouva que de simples habits bleus. Je les enfilais, et pris des escaliers pour descendre. Je vis dans ce qu'il semblait être la cuisine un homme, qui devait avoir la cinquantaine, et une jeune fille qui devait aller sur ses vingt ans. l'homme remarqua ma présence.

'Voila notre invité, salut gamin !' 'b..bonjour.' 'Bonjour, je devriez vous recoucher et vous reposer, ce n'est pas totalement guéri.' 'non non, tout va bien.... où est ce que je suis ?' 'T'es en terre des Mages Blancs, dans un p'tit village de campagne'me répondit le bonhomme.

Je réfléchissais à comment revenir à Midgard

'Hum... vous ne savez pas comment je pourrais me rendre à Midgard ?' 'Midgard ? Hahahaha, c'est pas trop le moment après ce qui s'est passé' 'Comment ?' 'Un homme a réussi à tuer tout un village viking, celui où leur seigneur est porté disparu. Mais il a été tué par les autres seigneurs venu défendre le village, mais un peu trop tard pour tous les villageois... Ça va pas être la joie pour y aller, ils ne laissent rentrer plus personne.' 'Et puis vous n'êtes pas en état d'aller là-bas !'ajouta la jeune femme.

Et c'était vrai, j'avais horriblement mal à ce bras, je décida d'attendre une semaine ici, ça ne pouvait me faire de mal de toute façon... Je n'avais rien à faire de la journée, je flânais dans le village, m'allongeais dans l'herbe, c'était bien, mais je n'avais pas ma dose d'adrénaline, les combats me manquaient. Et je voulais savoir si cet homme qui a réussi à terrasse tous mes hommes, c'était lui. Le cinquième soir, je ne rentra pas chez mes hôtes, et pris la direction du port. Il me fut facile dans ce petit village paisible de partir vers ma patrie sur un de leur bateau de pêche... La mer était calme, j'arrivais sans soucis à destination. Ça faisait longtemps que je n'avais pas pu respirer cette fraicheur, que je n'avais pas fouler la neige. Je m'approcha vers la grande porte pour entrer à Midgard

'Gardien ! Gardien !' 'Qu'y a-t-il voyageur ?' 'J'aimerais bien rencontrer les Grands Jarls, depuis la croisade je n'ai revu aucun visage viking.' 'Vous avez participé à la croisade ?' 'Oui, mais je ne suis pas rentrer tout de suite...' 'Vous ?' 'Ouais'

On m'ouvrit la porte, et on m'emmena immédiatement dans la salle des Grands Jarls.

Je vis du soulagement dans les yeux des Grands Jarls.

'Mugen ! Odin ne t'as pas encore invité à son banquet ! Chose magnifique !...' 'Pour sûr.' 'Mais,... tu es au courant ?' 'Pour mes hommes ?' 'Oui.' Un silence pesant envahit les lieux durant quelques secondes 'Eux sont en compagnie d'Odin, mais où étais-tu donc ?' 'Je... Je suis passé par mon village natal, et j'y suis resté un peu plus longtemps que prévu'dis-je pour seule excuse.

A ma grande surprise, on ne me demanda rien de plus. On m'aida pour reconstruire peu à peu mon village. Personne ne savait, mais au fond de moi, j'avais la certitude que mon frère était mort ici, au coeur de ma Citadelle, mon village. Je tirais un trait sur cette histoire, ma nouvelle vie est ici, le seul lien avec mon ancienne vie était le nom de ma Citadelle, Sylvarant. J'avais une seule certitude en ce moment, je voulais mourir dans les neiges éternelles de Midgard.'

Fragment de légende des Fils de Midgard et d'Idavoll.

______________________
Les roliennes, toutes des biatches, moi j'les ken, rpz le H.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 11 Fév 2013 - 19:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hélingor Index du Forum -> Le faubourg -> Le café littéraire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com